L’histoire de Louise

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin
cours de krav-maga pour femme

En temps normal, Louise, c’est quelqu’un de souriant. Elle aime rire, ses amis et est un peu introvertie. Elle aime aussi la lecture.

Un bon bouquin le soir, avant de dormir, c’est toujours agréable.

Sauf que ce soir, c’est différent.

Difficile de trouver le sommeil quand on sait ce qui l’attend demain.

Elle a beau tourner dans son lit en essayant de dormir, pas moyen de le faire sortir de sa tête.

Qui ?

Son collègue. Roger.

Si Roger était un super-héros, son nom serait Super Incompétent.

Roger, c’est un mec odieux, suffisant et imbu de sa personne. Toujours à critiquer ce que font les autres mais incapable de se remettre en question lui-même.

Lui, il sait mieux que les autres.

Et évidemment, il mate les filles.

Difficile d’oublier son regard de pervers.

Cette façon qu’il a de se redresser dès que son radar à jupe lui indique l’entrée d’un OVNI dans son espace aérien…

Si il y a bien une chose que Louise adorerait faire, c’est lui fermer sa grande bouche.

Lui dire à quel point il est insupportable. Dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Et puis le planter là et se barrer.

Il y a juste un petit détail qui vient tout foutre en l’air.

Louise n’aime pas le conflit. Vraiment pas.

Elle a l’habitude d’avoir de l’empathie pour les autres. Blesser les gens, c’est pas son truc.

Et elle n’a pas envie de se rabaisser au même niveau que Roger.

Pourtant, dans la majorité des cas, elle est légitime et devrait vraiment l’ouvrir.

Sauf que cette peur du conflit, ça la bloque un peu trop souvent.

“Oui, mais si je fais ça, il va se passer ceci. Et puis lui il va dire ça.”

C’est le genre de phrase qui tourne dans sa tête à chaque fois qu’il y a un soucis et qu’il faut gérer le conflit.

Et ça bouffe Louise depuis des années.

Heureusement, c’est fini tout ça.

Pourquoi ?

Parce que Louise a repris confiance en elle.

Comment ?

Personne ne la croit quand elle explique ce qui a changé chez elle.

Elle n’a pas pris 15 kilos de muscles.

Elle ne roule pas en Ferrari.

Elle ne s’est pas transformée en super mannequin photoshopée sur Instagram.

Elle est toujours la même personne.

Mais elle a désormais ce petit ingrédient magique qui change tout (ce petit supplément d’âme).

Comment c’est arrivé ?

C’est simple.

C’était un dimanche après-midi et c’est grâce à sa pote Caroline.

Le dimanche classique : Netflix, un bon chocolat chaud et le chat qui dort sur le plaid, à côté d’elle.

Le téléphone vibre, Caroline lui envoie un texto :

“Meuf, j’ai découvert un truc grâce à mon frère, faut trop que tu viennes avec moi, ça va te faire un bien fou !”.

Le lundi suivant, Louise rencontre un mec qui allait changer sa vie.

En vérité, Louise teste son premier cours de Krav Maga.

Et, surprise, elle aime ça.

Rien à voir avec ce qu’elle s’est imaginé. Pas de Kimono, pas de compétition malsaine, pas de techniques meurtrières non plus.

Juste des techniques pour gérer une agression et apprendre à se défendre. Saisie de poignets, défense contre un étranglement.

Louise apprend à frapper sur une cible correctement grâce aux enchainements vus durant la leçon.

Et c’est là que la première goutte de l’ingrédient magique arrive.

Se défouler, ça fait du bien.

Mais frapper sur des pahos en s’imaginant que c’est la tête à Roger, c’est encore mieux.

Louise sort du cours fatiguée mais contente d’avoir pu évacuer ces émotions négatives.

Les cours s’enchaînent durant plusieurs mois.

Louise progresse et se sent davantage en confiance.

Mais malgré ça, Roger est toujours Roger.

Un sale con persuadé d’être au-dessus de tout le monde.

Et plus le temps passe sans qu’on ne lui remonte les bretelles, plus il prend confiance.

Alors oui, ce soir, Louise a du mal à dormir. Elle sait que demain, Roger fera ce qu’il peut pour battre son record de stupidité et tenter de se qualifier pour le Championnat du Monde des pervers.

Mais cette fois-ci, c’est différent. Ça ne se passera pas comme prévu.

Parce que quand Louise prend sa pause, que Roger la croise dans un couloir sans personne et qu’il en profite pour faire une remarque sur sa nouvelle jupe, elle lui demande d’un ton calme mais ferme de bien vouloir faire preuve de respect envers elle et arrêter ses remarques déplacées.

Mais Roger n’est pas habitué à ce qu’on lui dise non. Toutes ces années passées à se comporter comme un con ne vont pas disparaître instantanément pour le transformer en Bisounours juste après une remarque.

Au contraire.

Roger, il a besoin de se sentir puissant. Ça ne lui plait pas de se sentir repoussé. Pas du tout.

Alors il agit.

Et il commet un erreur.

“Et alors poulette, on est mal réveillée aujourd’hui ? D’habitude ça te gêne pas !” dit-il en lui attrapant le bras et en serrant fort.

Deux heures plus tard.

Roger est aux urgences.

Apparemment, il aurait mal supporté la rencontre entre ses testicules et le genou de Louise.

Il aura fallu d’une seule frappe pour mettre fin à une situation qui durait depuis bien trop longtemps.

Pourtant, Louise n’a pas paniqué. En temps normal, elle aurait stressé à mort.

Mais pas cette fois.

Elle a décidé que c’en était trop et que Roger avait dépassé les bornes une fois de trop.

Au-delà de ça, Louise ne se raconte pas d’histoires.

Elle n’est pas une super-héroïne.

Juste Louise.

Mais elle a compris que ce n’était pas si difficile d’agir et de ne pas se laisser marcher sur les pieds.

Elle regrette d’avoir du en arriver là mais en même temps… Il s’est puni lui-même.

Louise a repris confiance en elle.

Roger a été viré.